FLOT et MOOC : les nouvelles formations en ligne, Hervé Radureau*

Être formé par les meilleurs enseignants d’une discipline gratuitement et sans se déplacer : un rêve devenu réalité ? Bien qu’ils offrent de nombreuses potentialités, les FLOT, ou MOOC, n’échappent pas au cadre économique et politique inhérent au capitalisme mondialisé. 

*Hervé RADUREAU est ingénieur en Télécommunications.


MOOC OU FLOT?
Les MOOC, acronyme anglais pour « Massively Open Online Courses », sont arrivés en France avec l’ouverture de la plateforme France Université numérique (FUN (1)) en 2013, et leur renommée se développe grâce au bouche à oreille et aux revues scientifiques. Cette nouvelle forme de formations en ligne vient des États-Unis, où les MOOC sont en train de passer à une nouvelle phase, celle qu’on pouvait évidemment redouter d’entrée : la marchandisation autour de la certification et tout son cortège désagréable de compétition, élitisme, surmédiatisation, etc. Dans la suite de cet article, j’utiliserai l’acronyme français, que nous devons à Cédric Villani, médaille Fields, à savoir FLOT pour « Formation en Ligne Ouverte à Tou(te)s ».

La francophonie n’est pas un combat d’arrière-garde, bien au contraire. Et on ne peut que déplorer que tant de professions intellectuelles se laissent envahir par l’anglais, toujours présenté comme plus moderne et dynamique (2).

FORMATIONS EN LIGNE: DE L’UNIVERSITÉ À L’ENTREPRISE
Ces formations ont été lancées au départ dans le monde universitaire sous forme de vulgarisation scientifique visant un large public, ce qui n’empêche pas d’avoir certains FLOT qui recherchent un public plus restreint, plus spécialisé et professionnel. Les formations en ligne classiques sont de différentes natures: soit des vidéos de cours présentiels filmés en temps réel, éventuellement retouchées (3) ; soit le déroulement de présentations de type Powerpoint; soit des films ou des séries de films montés de toutes pièces. Ces différents types de formations ont déjà pris leur place dans le monde de l’entreprise, avec le but habituel de chercher à baisser les coûts et d’encourager les employés à se former en dehors des heures de travail : ils ont à la fois un caractère individuel et un caractère passif, sans aucun échange possible. Ils demandent beaucoup de travail aux formateurs, dont la charge est augmentée et qui se disent profondément frustrés de la perte totale de contact avec les apprenant(e)s.

Les FLOT tentent de modifier cette situation en recréant – et en les amplifiant via Internet – les échanges propres à un véritable cours, impliquant à la fois une équipe pédagogique et, surtout, des milliers d’apprenant(e)s, tout en conservant la possibilité pour chacun(e) de suivre les séances en fonction de ses disponibilités et de ses capacités, et même de ses nuits blanches, sans parler de ses possibilités de connexion.

ORGANISATION DES FLOT
Les FLOT sont organisés sur une plate-forme constituée de serveurs, d’une suite logicielle (par exemple Open eDX pour FUN) et d’un accès performant au réseau. Pour participer à un FLOT, il faut d’abord devenir membre de la plate-forme (FUN en France, FutureLearn en Angleterre, edX ou Coursera aux États-Unis, etc.) puis s’inscrire au FLOT choisi : l’inscription reste en général possible jusqu’à la fin programmée du FLOT.

La durée des FLOT est de quelques semaines (au plus une petite dizaine) avec un thème nouveau chaque semaine autour de textes, de courtes vidéos, de liens internet vers d’autres ressources et de lectures recommandées. Souvent, chaque thème ou séquence est accompagné d’un petit quiz, et la semaine se termine par un quizz d’évaluation noté. Cela peut donner lieu en fin de FLOT à une attestation de réussite si on dépasse un certain pourcentage de bonnes réponses donné au départ de la FLOT. Lorsque le FLOT est gratuit, comme c’est le cas pour l’heure sur FUN, cette attestation n’a aucune valeur officielle, ce qui n’empêche pas de la glisser dans son CV. Un examen final est parfois proposé pour obtenir cette attestation de réussite. Cependant, une vraie certification exige la présence physique des candidat(e)s, et donc déclenche un coût additionnel inévitable.

Une fois l’ensemble des cours hebdomadaires terminés, le laps de temps imparti pour finaliser les quiz écoulé et l’éventuel examen final d’évaluation passé, le FLOT est fermé mais reste accessible aux seul(e)s inscrit(e)s de façon permanente: un FLOT est protégé par une licence Creative Commons, et on peut généralement télécharger, pour son usage personnel, les vidéos, les textes de transcription, les références. Chaque apprenant(e) membre d’une plate-forme dispose donc d’un compte, d’un profil et d’un carnet de bord où il retrouve la liste des FLOT auxquelles il (elle) s’est inscrit(e), le résultat obtenu si le FLOT est clôturé et l’éventuelle attestation de réussite.

DES POTENTIALITÉS AUX POTENTIELLES DÉRIVES
Des FLOT sophistiqués, utilisant toutes les potentialités du numérique, font appel à des outils logiciels qu’on doit alors télécharger sur son ordinateur pour faire des travaux dirigés. Il peut aussi y avoir des productions des apprenant( e)s qui peuvent parfois être évaluées par leurs pairs, ce qui est une expérience originale, ces contributions étant déposées dans un site centralisé spécialisé d’archivage. Ainsi, on peut être amené à évaluer entre 3 à 5 productions d’autres apprenant(e)s.

Parfois, le FLOT comprend un Wiki initié ou non par l’équipe pédagogique: aux apprenant( e)s de le compléter.

Enfin, les FLOT disposent tous d’un forum associé qui permet de lancer des fils de discussion auxquels tout le monde peut participer, les membres de l’équipe pédagogique et les apprenante- s, dont certain(e)s partagent sans retenue leurs connaissances et expériences pour aider les autres. C’est ce lieu d’interactivité de ces cours qui permet des échanges très enrichissants. Ainsi, après avoir participé à plusieurs FLOT consacrés à l’astronomie, où nous nous étions rencontrés à plusieurs, nous avons décidé, pour rester en relation, de créer un forum permanent que nous avons baptisé « Les FLOT de l’astronomie »(4).

Les FLOT et les MOOC ne sont pour autant pas un endroit idyllique, car malheureusement ils n’échappent pas au monde économique actuel globalisé avec sa multitude de défauts (5). La qualité des FLOT est par exemple très hétérogène, avec des équipes pédagogiques plus ou moins soucieuses de qualités didactiques face à un public inhabituel, se comptant par milliers, lui-même très divers avec une variété de niveaux et d’âges très large. On constate aussi que la gestion et l’exploitation des forums associés laissent souvent à désirer. Et sur les sujets moins scientifiques on n’est pas surpris de retrouver la pensée dominante ou du moins de ressentir l’absence d’idées alternatives !

On se doute alors que ce type de formation devrait être rapidement mis en oeuvre, de façon rassemblée pour réduire les coûts et garantir la diversité des points de vue, par des organisations politiques, syndicales, non gouvernementales ou associatives pour former leurs membres dispersés sur le territoire et pour informer le grand public de leurs analyses, propositions, actions et projets. Il faudrait donc bâtir une plate-forme adéquate comme outil de la démocratie. Une superbe aventure dans les temps moroses que nous vivons! LREM, le parti d’Emmanuel Macron, utiliserait cette nouveauté pour former ses élus novices en politique et autres domaines couverts par la politique.

De même, on entend parler de l’usage de ce type d’outils pour mettre à niveau des bacheliers identifiés comme insuffisamment préparés au préalable de leur entrée dans la filière universitaire qu’ils auraient choisie. Ne serait-ce pas une phase pilote en vue de la généralisation des FLOT à l’université? Enfin, il y a une dimension internationaliste, puisque l’un des obstacles est celui de la langue. Mais, justement, cela ne doit-il pas être mis en oeuvre pour relancer le rayonnement de la francophonie?

(1)  https ://www.france-universitenumerique-mooc.fr/
(2) Jean-Pierre Kahane, « Les progressistes parlent et écrivent en français », in Progressistes, N° 6 ; republié dans le N° 16.
(3) Pour aider ses étudiants, Richard Taillet, professeur de physique à l’université de Grenoble, utilise cette forme pour ses cours de relativité et de cosmologie: http://podcast.grenet.fr/tag/richardtaillet/
(4) http://mooca.clicforum.com/index.php
(5) Les enjeux et questions sont nombreux comme le prouve le blog de Matthieu Cisel (http://www.matthieucisel.fr/) un spécialiste du domaine qui en plus de sa thèse sur le sujet a conçu et dirigé un FLOT sur FUN intitulé « Monter un MOOC de A à Z », répété à trois reprises.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.