Les enjeux du transport ferroviaire, Alain Prouvenq

Atout Ă©cologique et levier de relance industrielle: le secteur ferroviaire doit ĂȘtre soutenu par des politiques publiques.

En reliant producteurs et consommateurs, les transports jouent un rĂŽle essentiel dans l’activitĂ© Ă©conomique. Secteur en pleine croissance malgrĂ© le ralentissement Ă©conomique, il est cependant la principale activitĂ© consommatrice de pĂ©trole et productrice de pollution atmosphĂ©rique. Or, le concept de dĂ©veloppement durable imposera de plus en plus des choix qui respectent l’avenir. Il faut donc que le transport soit efficace Ă©conomiquement, socialement et au plan de l’environnement. La recherche de cette triple efficacitĂ© doit ĂȘtre simultanĂ©e car elle conditionne la rĂ©ponse Ă  cet enjeu sociĂ©tal. C’est la raison fondamentale pour laquelle la maĂźtrise publique de ce secteur d’activitĂ© est indispensable aux niveaux europĂ©ens, national, rĂ©gional et local pour rĂ©ussir un report des modes les plus polluants (la route, l’aĂ©rien) vers les modes respectueux de l’environnement comme le ferroviaire.

DES ATOUTS ÉNERGÉTIQUES ET ENVIRONNEMENTAUX

Dans cet enjeu d’avenir, la filiĂšre ferroviaire reprĂ©sente un atout important pour rĂ©pondre aux besoins de transport des personnes comme des marchandises. Le train consomme deux fois moins d’Ă©nergie que le transport routier, ainsi pour une Ă©nergie Ă©quivalente Ă  1 kg de pĂ©trole par tonne de marchandise, un camion peut parcourir 58 kilomĂštres contre 111 pour un train. De plus il nĂ©cessite trĂšs peu d’Ă©lectricitĂ© nĂ©cessaire Ă  la traction des locomotives provenant en France de sources peu Ă©mettrices de gaz Ă  effet de serre (Ă©nergie nuclĂ©aire et hydraulique). Avec 1,3 % des Ă©missions de CO2 liĂ©es au transport en France mĂ©tropolitaine, contre 93 % pour les voitures, il Ă©met peu de gaz Ă  effet de serre, responsable du rĂ©chauffement climatique.

UN PUISSANT LEVIER DE RELANCE ÉCONOMIQUE

Le secteur ferroviaire est une industrie de long terme, structurante, d’amĂ©nagement des territoires et d’accompagnement des Ă©volutions de la sociĂ©tĂ©. En matiĂšre d’infrastructures, avec 30 000 kilomĂštres de lignes, dont un peu plus de la moitiĂ© Ă©lectrifiĂ©e et prĂšs de 2 000 Ă  grande vitesse, le rĂ©seau ferroviaire français connaĂźt des besoins massifs de renouvellement et de modernisation. MalgrĂ© un effort important de rĂ©novation ces derniĂšres annĂ©es, le rĂ©seau continue Ă  vieillir. En l’espace de dix ans, nous sommes en effet passĂ©s de 600 Ă  3 200 kilomĂštres de ralentissement pour garantir la sĂ©curitĂ© de la circulation des trains. Concernant le matĂ©riel roulant, la France est actuellement le troisiĂšme marchĂ© au monde en termes d’investissements et cette situation est pĂ©renne. La quasi-totalitĂ© des trains corail doit ĂȘtre renouvelĂ©e, les premiĂšres gĂ©nĂ©rations de matĂ©riel TER achetĂ©es par les rĂ©gions doivent ĂȘtre rĂ©novĂ©es, il en est de mĂȘme pour les TGV ; et concernant les wagons de marchandises, outre le vieillissement du parc (70 % du matĂ©riel a plus de 30 ans) il sera nĂ©cessaire d’innover pour l’adapter aux conditionnements modernes. Par ailleurs, le dĂ©mantĂšlement et la dĂ©construction du matĂ©riel radiĂ© reprĂ©sentent une importante charge pour les annĂ©es Ă  venir.

L’industrie ferroviaire française rassemble plus d’un millier d’entreprises travaillant essentiellement pour deux grands donneurs d’ordres (Alstom et Bombardier). En 2011, elle a enregistrĂ© un chiffre d’affaires de 4 milliards d’euros, dont 1 milliard Ă  l’exportation. À cela s’ajoutent les activitĂ©s de constructions d’infrastructures ferroviaires (Colas Rail, Eiffage, Eurovia), estimĂ©es Ă  2,5 milliards d’euros, les activitĂ©s de la maintenance et des infrastructures de la SNCF. Elle reprĂ©sente 82 000 emplois (21 000 emplois dans les Ă©tudes et la production, 24 000 dans la maintenance et la rĂ©paration, 37 000 dans le maintien et le dĂ©veloppement des infrastructures).

REDYNAMISER LE FRET FERROVIAIRE

L’exemple du fret montre la contradiction entre une logique Ă©conomique et sociĂ©tale qui devrait le voir se dĂ©velopper et son recul. Ces derniĂšres dĂ©cennies, les politiques des transports ont accentuĂ© le recul industriel dans de nombreuses rĂ©gions par des dĂ©cisions en termes d’infrastructures, de tarification, de rĂ©glementation conduisant Ă  une sous rĂ©munĂ©ration du transport. Dans ce contexte, la part modale du ferroviaire poursuit sa baisse, passant de 19 % en 2000 Ă  12% en 2011, bien que le Grenelle de l’Environnement envisageait sa remontĂ©e Ă  17,5 % en 2012, puis 25 % en 2025. Sortir de cette spirale exige un changement de paradigme Ă  tous les niveaux dans la stratĂ©gie de l’État et de la SNCF afin d’assurer les cohĂ©rences territoriales. Les industriels doivent ĂȘtre incitĂ©s Ă  rĂ©flĂ©chir en commun Ă  leurs transports afin de mutualiser et les massifier.

LE BESOIN D’UN ÉTAT FORT

Si le mode ferroviaire dispose d’atouts pour relever les enjeux sociĂ©taux, cela nĂ©cessite que l’État ait un rĂŽle central dans l’impulsion d’une politique des transports multimodale et complĂ©mentaire, notamment par la politique fiscale et sociale Ă  l’égard du transport routier.

La dominance du mode routier n’est pas inĂ©luctable. L’État doit Ă  la fois mieux rĂ©guler la variable sociale de la route et assurer sa contribution accrue au financement des modes moins polluants, dont le ferroviaire.

ALAIN PROUVENQ est syndicaliste, secrétaire fédéral aux affaires économiques à la CGT cheminots.

Une réflexion sur “Les enjeux du transport ferroviaire, Alain Prouvenq

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.