L’Allemagne pourrait prolonger l’utilisation du charbon pour remplacer le gaz russe, Angela Cullen et Birgit Jennen*

Cet article est la traduction d’un article de Bloomberg publiĂ© en anglais et disponible ici : https://www.bloomberg.com/news/articles/2022-02-28/germany-mulls-extending-coal-phaseout-to-wean-off-russian-gas

*Angela Cullen est rédactrice à Bloomberg ; Birgit Jennen est journaliste

L’Allemagne se prĂ©pare Ă  prolonger l’utilisation du charbon alors que le pays cherche Ă  rĂ©duire sa dĂ©pendance Ă  l’Ă©gard de l’Ă©nergie russe au lendemain de l’invasion de l’Ukraine par Moscou.

Les centrales au charbon pourraient fonctionner au-delĂ  de 2030 – date Ă  laquelle l’Allemagne vise actuellement la fin de ce combustible – mais l’objectif ultime est une plus grande indĂ©pendance Ă©nergĂ©tique grĂące aux Ă©nergies renouvelables, a dĂ©clarĂ© Robert Habeck, vice-chancelier et ministre de l’Ă©conomie et de l’Ă©nergie.

« La politique Ă©nergĂ©tique est une politique de sĂ©curité », a rajoutĂ© M. Habeck lundi avant des entretiens avec ses homologues de l’Union europĂ©enne. « Le renforcement de notre souverainetĂ© Ă©nergĂ©tique renforce notre sĂ©curitĂ©. Par consĂ©quent, nous devons d’abord surmonter la forte dĂ©pendance aux importations russes de combustibles fossiles – un belliciste n’est pas un partenaire fiable. »

L’Allemagne, qui achĂšte la moitiĂ© de son gaz Ă  la Russie, a connu un changement rapide de politique en rĂ©action Ă  l’assaut sur l’Ukraine. ParallĂšlement Ă  une augmentation massive des dĂ©penses de dĂ©fense, le chancelier Olaf Scholz a annoncĂ© dimanche des plans pour construire deux nouveaux terminaux de gaz naturel liquĂ©fiĂ©, signalant un rĂ©alignement Ă  plus long terme du secteur Ă©nergĂ©tique allemand.

Avant mĂȘme l’invasion, M. Scholz a interrompu le processus de certification du gazoduc Nord Stream 2, construit pour acheminer davantage de gaz russe directement en Allemagne en Ă©vitant le transit par l’Ukraine.
     

Source : Bloomberg, d’aprĂšs les donnĂ©es de la Commission EuropĂ©enne

L’Allemagne envisage dĂ©sormais des mesures Ă  court et Ă  long terme pour protĂ©ger son marchĂ© de l’Ă©nergie contre une Ă©ventuelle coupure brutale du gaz russe. M. Habeck, l’ancien co-leader du parti antinuclĂ©aire des Verts, a mĂȘme assurĂ© qu’il n’Ă©tait pas « idĂ©ologiquement opposé » Ă  la prolongation de l’utilisation des derniers rĂ©acteurs du pays, mais que la sĂ©curitĂ© Ă©tait une prĂ©occupation.

« Il n’y a pas de tabou », a-t-il poursuivi a dans une interview accordĂ©e dimanche en fin de journĂ©e Ă  la chaĂźne de tĂ©lĂ©vision publique allemande ARD. « La vĂ©ritable voie vers l’indĂ©pendance en termes de politique Ă©nergĂ©tique consiste en fait Ă  sortir progressivement des combustibles fossiles. Le soleil et le vent n’appartiennent Ă  personne ».

Le ministĂšre de l’Ă©conomie propose que l’Allemagne produise toute son Ă©lectricitĂ© Ă  partir de sources renouvelables d’ici 2035, soit 15 ans plus tĂŽt que prĂ©vu initialement, selon un tweet d’un responsable du ministĂšre.

Cette refonte de l’Ă©nergie bĂ©nĂ©ficie d’un large soutien au sein de la coalition au pouvoir en Allemagne. Dimanche, le ministre des finances Christian Lindner, membre du FDP, favorable aux entreprises, a qualifiĂ© l’Ă©nergie renouvelable d' »énergie de la liberté », car elle permettrait de rĂ©duire la dĂ©pendance Ă  l’Ă©gard de la Russie, et a dĂ©clarĂ© qu’il soutenait les efforts visant Ă  dĂ©velopper l’hydrogĂšne et les carburants synthĂ©tiques.

« Je demande instamment que nous revoyions notre politique Ă©nergĂ©tique Ă©trangĂšre », avança-t-il dans une interview accordĂ©e Ă  la chaĂźne de tĂ©lĂ©vision allemande ARD dimanche dernier. « C’est aujourd’hui d’autant plus urgent ».

Choisir à son gré

L’Allemagne veut atteindre un point oĂč elle peut « choisir Ă  son grĂ© les pays avec lesquels elle veut Ă©tablir des partenariats Ă©nergĂ©tiques », expliqua le ministre allemand de l’Ă©conomie et de l’Ă©nergie Ă  l’ARD. « Pouvoir choisir signifie aussi que l’on peut devenir indĂ©pendant du gaz, du charbon ou du pĂ©trole russe ».

Tandis que l’Allemagne peut se passer du gaz russe pour les mois Ă  venir, le pays devra diversifier considĂ©rablement sa stratĂ©gie de fourniture pour l’hiver prochain, a-t-il dĂ©clarĂ©. Selon lui, le charbon pourrait aider Ă  compenser l’utilisation du gaz russe, mais dĂ©pendre du combustible fossile le plus polluant prĂ©sente Ă©galement ses propres risques pour la sĂ©curitĂ©.

« Fonctionner plus longtemps signifie une dĂ©pendance plus longue au charbon, peut-ĂȘtre aussi en provenance de Russie. Ou nous l’obtenons ailleurs », a-t-il soulignĂ©. « Mais c’est une autre forme de dĂ©pendance ».

La ministre des Affaires Ă©trangĂšres Annalena Baerbock – Ă©galement ancienne co-leader des Verts allemands – affirme de son cĂŽtĂ© qu’une utilisation prolongĂ©e du charbon est « le prix que nous devons tous payer pour cette guerre ».

Le nuclĂ©aire ne sera probablement pas une solution Ă  court terme, puisque les trois derniers rĂ©acteurs du pays sont dĂ©jĂ  en cours d’arrĂȘt.

C’est en tout cas ce qu’affiche le ministre Habeck : « Les prĂ©paratifs de la fermeture sont Ă  un stade si avancĂ© que les centrales atomiques ne pourraient ĂȘtre exploitĂ©es plus longtemps que dans le cadre des plus hautes prĂ©occupations en matiĂšre de sĂ©curitĂ© et Ă©ventuellement avec un approvisionnement en combustible qui n’a pas encore Ă©tĂ© sĂ©curisĂ©[…]. Ce n’est certainement pas quelque chose que nous souhaitons ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.