Les sciences et les techniques au féminin – Hypatie (entre 355 et 370 – 415), *Claude Frasson

*Claude Frasson est membre du comité de rédaction de Progressistes

Philosophe, astronome et mathématicienne grecque à la tête de l’école néoplatonicienne d’Alexandrie, Hypatie fut une des premières intellectuelles de son temps dont la vie soit réellement bien documentée, et ce notamment grâce à la Souda, l’encyclopédie grecque du Xe siècle. Professeure, Hypatie croise les sciences, qu’elle enseigne, attirant des étudiants de l’ensemble du Bassin méditerranéen. C’est aussi le mélange entre païens et chrétiens dans ses cours et ses conférences publiques improvisées qui est remarqué. Férue de pédagogie, elle conçoit des manuels simples destinés à ses étudiants.

Si ses écrits portant sur les mathématiques et l’astronomie ont disparu, on a connaissance de ses constructions d’astrolabes et d’hydromètres. Des traces de son activité intellectuelle demeurent, avec ses commentaires connus sur les Arithmétiques de Diophante d’Alexandrie, sur les sections coniques d’Apollonios de Perga ainsi que son commentaire de l’Almageste.

Pédagogue aussi brillante que modérée, Hypathie était applaudie autant que mal perçue pour les liens qu’elle tissait entre ses étudiants païens et chrétiens. L’école d’Hypatie est ciblée par Cyrille, évêque d’Alexandrie depuis 412. Les rumeurs de satanisme colportées par Cyrille à son égard ajoutèrent à la défiance et à l’animosité des chrétiens les plus radicaux.

Un jour de mars 415, comme Hypatie rentre chez elle, une horde de moines fanatisés sous la conduite d’un certain Pierre, lecteur de l’église d’Alexandrie, l’agresse devant sa porte. Elle est torturée et assassinée. Ce meurtre ébranle tout l’Empire, soudain confronté à la perte d’une de ses éminences et renvoyé au pire du fanatisme religieux ambiant. Car cette atrocité se produit dans une Alexandrie en proie à des tensions politiques, intellectuelles et religieuses. Par leur assassinat sordide, ces moines consacrèrent malgré eux le souvenir de « l’excessivement belle et gracieuse » Hypatie, « martyre de la philosophie ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.