Moi, je suis nul en maths !, Amar Bellal*

*Éditorial par Amar Bellal, rĂ©dacteur en chef de la revue Progressistes

Il y a des signaux, mĂȘmes faibles, qui ne trompent pas et qui devraient nous alarmer quant Ă  l’avenir de notre pays en tant que puissance scientifique et industrielle. Ainsi, les derniĂšres enquĂȘtes internationales montrent une dĂ©gradation dramatique du niveau en mathĂ©matiques des collĂ©giens. La France est bonne derniĂšre dans l’Union europĂ©enne concernant les classes de CM1, et avant-derniĂšre pour celle de 4e. Ce qui est inquiĂ©tant Ă©galement, c’est que les derniĂšres enquĂȘtes rĂ©vĂšlent qu’il y a moins de bons Ă©lĂšves prĂ©sentant un haut niveau en math : seulement 2 % des Ă©lĂšves de 4e, contre une moyenne de 11 % dans l’Union europĂ©enne et prĂšs de 50 % en CorĂ©e de Sud et Ă  Singapour.

Clairement la France est en passe de devenir un pays d’« illettrĂ©s » concernant les mathĂ©matiques, et plus gĂ©nĂ©ralement l’ensemble des sciences. Cela hypothĂšque dans un proche avenir notre capacitĂ© Ă  maĂźtriser notre souverainetĂ© dans un grand nombre de secteurs clĂ©s oĂč la science est omniprĂ©sente (et les mathĂ©matiques qui vont avec) : les technologies de la santĂ©, de l’énergie, des transports, de l’informatique et des tĂ©lĂ©communications sont concernĂ©es.

Comment en est-on arrivĂ© lĂ  ? C’est d’abord le fruit des politiques de casse de l’éducation nationale de ces trente derniĂšres annĂ©es. Quiconque ayant travaillĂ© dans un lycĂ©e ou un collĂšge durant ces derniĂšres dĂ©cennies pourrait tĂ©moigner de la paupĂ©risation grandissante de l’enseignement secondaire qui s’est progressivement installĂ©e, par manque de moyens, diminution du volume d’heures dans les programmes, abandon de l’ambition rĂ©publicaine de porter au plus haut niveau tous les Ă©lĂšves, quelle que soit leur origine sociale. Pour des raisons budgĂ©taires, mais aussi culturelles, le savoir est de plus en plus perçu comme un divertissement, les cours doivent ĂȘtre des moments « cools » et sympathiques Ă  passer, oĂč tout doit couler de source, sans rencontrer de difficultĂ©, quitte Ă  vider ces savoirs eux-mĂȘmes pour qu’ils puissent donner l’apparence d’ĂȘtre accessibles dans une classe en quelques planches de Powerpoint. Les rĂ©formes successives ont fait des ravages et ont dĂ©truit, par exemple, ce qui Ă©tait un point fort de la France : l’enseignement technique. L’universitĂ© suit derriĂšre, en cohĂ©rence avec des promotions d’à peine quelques dizaines d’étudiants en licence de science pour certaines pourtant grandes universitĂ©s, ce qui Ă©tait impensable il y a trente ans.

Dans certains pays asiatiques, la tendance est contraire, que ce soit en CorĂ©e de Sud, en Chine ou au Japon. Ne vous aventurez pas Ă  y lancer, dans une soirĂ©e, « Moi je suis nul en maths » en affichant un grand sourire. Ce qui en France passerait pour une preuve d’ouverture d’esprit deviendrait un aveu honteux dans ces autres pays, de la mĂȘme maniĂšre que personne en France n’aurait idĂ©e de lancer « Moi je suis nul en littĂ©rature, je n’ai aucune culture, je ne lis jamais et je ne sais pas Ă©crire ». Plus gĂ©nĂ©ralement, Ă  l’heure oĂč les problĂšmes doivent ĂȘtre apprĂ©hendĂ©s dans leurs dimensions scientifiques et technologiques, on peut aussi s’inquiĂ©ter de la capacitĂ© de notre dĂ©mocratie Ă  faire des choix Ă©clairĂ©s, Ă©mancipĂ©s de ceux dictĂ©s par la loi du profit immĂ©diat.

Avant qu’il ne soit trop tard, il est urgent d’inverser cette tendance, de redonner de la valeur aux sciences, de donner plus de moyens Ă  l’éducation nationale. Et si on veut plus de vocations pour les mĂ©tiers scientifiques, cela passera aussi par la relance de l’industrie. Tout un programme !

Une réflexion sur “Moi, je suis nul en maths !, Amar Bellal*

  1. Bonjour,

    Dans un pays oĂč, on dĂ©truit le Palais de la DĂ©couverte qui a Ă©tĂ© le lieu d’Ă©merveillement de centaines de milliers de « potaches » que voulez vous faire ?
    Le dĂ©clin est en marche. il suffit de lire « la fin de la dĂ©mocratie athĂ©nienne »; l’histoire ne se rĂ©pĂšte pas (Ă  l’identique mais presque).
    Cordialement

Répondre à Kyriazidis georges Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.