PERSPECTIVES EN FRANCE ET EN EUROPE, Xavier Compain*

Notre alimentation dĂ©pend de l’agriculture au sens large. Xavier Compain pointe ici problĂšmes et pistes de solutions permettant la pĂ©rennisation du secteur hors mainmise des grands groupes capitalistes, dont la visĂ©e est le profit maximal dans le minimum de temps. 

*Xavier Compain est responsable du secteur agriculture du PCF.

Pour relever les nombreux dĂ©fis auxquels elle est confrontĂ©e, l’agriculture doit s’affranchir de l’OMC, des politiques libĂ©rales de l’Union europĂ©enne et des marchĂ©s spĂ©culatifs.
Avec la nouvelle politique agricole commune 2014-2020, nous sommes à un tournant de l’histoire : soit l’Europe abandonne notre alimentation aux groupes de la grande distribution, soit nous parvenons à faire entendre l’exigence d’une politique publique forte alternative au capitalisme. Agro5

En France, les revenus agricoles se sont effondrĂ©s, Ă©liminant sans cesse les plus fragiles, des filiĂšres entiĂšres sont menacĂ©es par la concurrence, le renouvellement des gĂ©nĂ©rations est compromis, des Ă©cosystĂšmes sont parfois endommagĂ©s Ă  jamais… L’Europe a besoin d’une nouvelle feuille de route agricole et alimentaire prenant en compte l’horizon 2050. La France peut en ĂȘtre le moteur et lui apporter une vision novatrice. La gauche doit ĂȘtre audacieuse sur le champ de la politique agricole, courageuse face aux seules prĂ©tendues rĂ©alitĂ©s du marchĂ©. 

Face Ă  l’urgence de la crise, des mesures immĂ©diates doivent ĂȘtre prises :
– engager les pouvoirs publics Ă  protĂ©ger les prix agricoles plutĂŽt que de contractualiser sur des marchĂ©s Ă  terme. Et partant mettre en place des prix garantis rĂ©munĂ©rateurs ; 

– appliquer la prĂ©fĂ©rence communautaire et suspendre les accords bilatĂ©raux de libre-Ă©change nĂ©gociĂ©s par l’Union europĂ©enne (avec le Mercosur), s’opposer au traitĂ© transatlantique de libre-Ă©change, le TAFTA;
– renforcer la souverainetĂ© alimentaire par la constitution de stocks europĂ©ens de sĂ©curitĂ©. 

L’agriculture est un Ă©lĂ©ment dĂ©terminant du projet de sociĂ©tĂ© pour les gĂ©nĂ©rations futures. Parmi nos propositions, quatre engagements forts : 

1. Produire en quantitĂ©s suffisantes une alimentation saine et accessible. Face au dĂ©fi alimentaire, la production agricole doit ĂȘtre soutenue par de nouvelles politiques publiques. L’indĂ©pendance alimentaire doit ĂȘtre garantie. La relocalisation des productions doit privilĂ©gier la satisfaction des besoins humains. 

2. Vivre dignement de son travail. Des paysans justement rĂ©munĂ©rĂ©s sont la condition d’installation de jeunes. Cette exigence vaut pour les salariĂ©s de l’agroalimentaire. Cela passe par des prix rĂ©munĂ©rateurs garantis, la planification de la production et la rĂ©gulation des marchĂ©s, la production et la rĂ©partition des terres agricoles, le soutien public aux exploitations et aux filiĂšres les plus fragiles. La redistribution de la valeur ajoutĂ©e au bĂ©nĂ©fice des producteurs est essentielle. 

3. Engager la transition Ă©cologique de l’agriculture. À la culpabilisation d’un secteur empĂȘtrĂ© dans le productivisme nous proposons d’en sortir par le haut : promotion de bonnes pratiques agronomiques, aptes Ă  maintenir durablement les rendements ; diversification des productions ; amĂ©lioration de la complĂ©mentaritĂ© entre cultures et Ă©levages. La recherche agronomique doit ĂȘtre dĂ©diĂ©e Ă  la conquĂȘte de ce nouveau dĂ©veloppement. 

4. Promouvoir un amĂ©nagement Ă©quilibrĂ© des territoires. Les paysans sont des acteurs Ă©conomiques et sociaux majeurs des espaces ruraux europĂ©ens. Le rĂŽle qui est le leur dans l’amĂ©nagement des territoires doit ĂȘtre reconnu, soutenu et encouragĂ© par une politique de maintien des services publics. 

Ces enjeux alimentaires interpellent nos civilisations. Ils appellent un nouveau mode de dĂ©veloppement. C’est le sens de la contribution populaire Ă  l’Ă©criture du projet d’émancipation humaine que vient de formuler le PCF. Notre croissance est celle d’un dĂ©veloppement en faveur d’une alimentation de qualitĂ©, saine et accessible Ă  toutes et tous, assise sur des productions relocalisĂ©es. En France, en Europe, pour le devenir de la planĂšte, notre dĂ©termination Ă  construire une nouvelle ambition agricole et alimentaire est Ă  la hauteur de notre conviction que le capitalisme ne se moralise pas, il se combat.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.