Hold-up sur l’esprit critique, David Ex Machina

David Ex Machina, auteur de la tribune, réagit à chaud à la sortie du film Hold Up.La tribune Facebook originale est à retrouver ici.

« C’est la faute Ă  BFMTV » (rĂ©ellement) ou « À systĂšme pourri, anti systĂšme dĂ©bile » ou « Tout le monde pense avoir assez d’esprit critique
. vu que c’est avec ça qu’il juge… »

Je ne partirais pas en dĂ©bunk de la vidĂ©o Hold Up qui comme une trainĂ©e de poudre inonde les rĂ©seaux sociaux. Des dĂ©bunks ont Ă©tĂ© faits, parfois bien faits, partiellement inutile selon moi. Car rien n’y change, le mouvement s’amplifie.

Ce qui change par contre, c’est une forme de qualitĂ© dans la rĂ©alisation visuelle et cinĂ©matographique de l’interprĂ©tation complotiste. Et du coup, une capacitĂ© Ă  sĂ©duire des gens de plus en plus Ă©duquĂ©s, et cela crĂ©dibilisant de plus en plus ces thĂšses etc. Une personne de mon entourage pas trĂšs lointain : Ă©duquĂ©e, Ă©quilibrĂ©e, pas dans la dĂ©tresse (alors que c’est je pense le terreau du complotisme, on y tombe quand on est mal, dans une vie triste, seule, morose, dans une impasse sociale ou psychologique
et qu’une autre version du rĂ©el donne du sens Ă  la vie. bon je vais vous Ă©pargner la psy de comptoir). Eh bien elle a a trouvĂ© que ce reportage lui avait « ouvert les yeux » (!!!!) et que ce qu’ils avancent Ă©tait « vraiment bien sourcĂ© » (!!!!????!!!
 rĂąle de mort
) J’ai lu ça et lĂ  que des mĂ©decins en activitĂ© (!!!) le conseillaient Ă  leurs patients


On a donc franchi un stade, et prendre avec mĂ©pris les croyants n’avance strictement Ă  rien. Moquerie, ton supĂ©rieur, ce n’est pas en insultant les gens sĂ©duits par ces interprĂ©tations qu’on va s’éviter une forme de clivage social dangereux.

Autant je pleure ces gens qui croient Ă  ce documentaire, qui font donc preuve d’une crĂ©dulitĂ© hallucinante, ce qui est un comble pour des gens qui pensent justement s’éveiller et s’élever en terme d’esprit critique. C’est dramatique, rĂ©ellement, sincĂšrement. Autant ceux qui boivent les paroles de BFMTV, sont dans un drame plus ordinaire, mais exactement le mĂȘme sur le fond. Tellement ordinaire qu’on en parle plus


Je prĂ©fĂšre donc partir Ă  l’inverse, aller dans leur sens des personnes sĂ©duites par ce reportage, en parlant de la dĂ©bilitĂ© des mĂ©dias de masse, BFMTV en Ă©tant l’étendard, je le reprends donc.

Mettons nous au prĂ©alable d’accord, sur la notion de faits et d’interprĂ©tation. Les faits, c’est ce qu’on observe, c’est le rĂ©el (tout du moins une forme de rĂ©el, le rĂ©el n’a a priori pas d’existence en dehors de nos perceptions subjectives. Entendons donc le « rĂ©el » comme la somme/moyenne des observations communes Ă  tous). L’interprĂ©tation c’est tout ce qu’on va rajouter autour, le but, la cause, la raison etc. Observons donc BFMTV, et leur gestion des faits et interprĂ©tations.

Les faits :

– Il se passe un truc en chine : un virus visiblement

– Il y a quelques cas chez nous on dirait

– les hĂŽpitaux voient affluer des gens en nombre

– Mince, qu’est ce qu’il se passe : on confine !!!

Ce sont des faits, sur lesquels ont doit ĂȘtre tous assez d’accord. ça s’est passĂ© indubitablement. Vient ensuite l’interprĂ©tation. Pour BFM, c’est « on va tous mourrrrrrir », « restez chez vous sinon pour aurez la mort de mamie sur la conscience !!!! ». C’est grossier, vulgaire, sans discussion, lapidaire


Cela dit, c’est une interprĂ©tation de ce rĂ©el. Et d’ailleurs, elle est peut ĂȘtre vrai. Elle se tient. C’est possible disons d’interprĂ©ter ainsi. Mais on ne parle pas des autres interprĂ©tations possibles. On confine, OK, pour sauver des gens, Mais ce pourrait ĂȘtre plus complexe, lĂ©gĂšrement plus complexe, ou carrĂ©ment plus sournois on ne sait jamais.

On peut confiner car (dans un ordre de probabilitĂ© toute personnelle, chercher l’erreur 🙂 ):

– Le virus est rĂ©ellement dangereux (plus que les accidents de trottinettes).

– On a peur que le virus soit rĂ©ellement dangereux, et dans le doute, principe de prĂ©caution

– Le politique panique : rien prĂ©vu

– Le politique ne sait pas, n’a pas les donnĂ©es, et pour Ă©viter un procĂšs et la culpabilitĂ© d’avoir des morts et de ne rien avoir fait, bin
 il fait. Ce qui faut, ou trop.

– Le politique confine pour calmer les grognes sociales

– La politique confine pour faire peur et inoculer les puces 5G Ă  travers des vaccins aux nanoparticules injectĂ©s par Bill Gates en tutu, pour nous contrĂŽler, ou nous exterminer*, ou nous empĂȘcher de payer en liquide (« nous priver de liquide aprĂšs nous avoir tuĂ© Monique, tu es sĂ»re ? ») Ă  moins que Trump nous sauve (mmm
 avec un Vatican pas dupe
 humhum
.)

Donc voilĂ , la thĂšse du film est le dernier point. Celle de BFMTV le premier. Et je pense que le souci c’est le vide laissĂ© entre les deux. Un vide d’interprĂ©tations possibles.

AprĂšs on peut en trouver d’autre hein. Que les dirigeants du monde sont devenus d’un coup punks et s’amusent Ă  dĂ©cider n’importe quoi en buvant de la 8.6. Simplement celle lĂ  que j’élimine pour des raisons de probabilitĂ© presque nulles. La confiance en cette interprĂ©tation est ultra faible (mĂȘme en remplaçant la 8.6 par la Kronenbourg, ça change rien… ou alors trop peu…)

Car voilĂ  notre cerveau est un centre d’arbitrage (cerveau bayĂ©sien), qui nous guide, nous aide Ă  trouver des probabilitĂ©s pour apprĂ©cier le rĂ©el. Il est important de lui ouvrir un peu le champ des possibles, de disposer de critiques Ă  la fois sur le trĂšs probable, mais surtout sur le beaucoup moins probable. Et lĂ  il y a un manque ! Vu qu’il est parfois factuel que les mĂ©dias se trompent, et qu’il n’y a pas grande chose d’accessible facilement pour les gens entre eux et les vidĂ©os de conspiration


Entre la doxa Ă  l’alarmisme peu discutĂ© de BFM, et le dĂ©lire rigolo de ce documentaire il y a bien ce grand vide. Donc de faits avĂ©rĂ©s, un autre interprĂ©tation s’offre tout cuit !

Car dans ce documentaire, Ă  part quelques Ă©normitĂ©s, il y a justement des faits : le confinement est factuel, l’enjeu financier de la santĂ© est factuel, les soucis structurel de la finance sont factuels au plus haut point, l’espoir transhumaniste de certain est factuel etc. Simplement ce film fait des interprĂ©tations dĂ©lirantes (ou plutĂŽt Ă  probabilitĂ© ultra faible) de chaque fait, et comment l’en blĂąmer quand BFM en fait fait aussi des interprĂ©tations, ou relaye simplement la parole du pouvoir en place.

Les interprĂ©tations de BFM sont peut ĂȘtre moins dĂ©lirantes (parfois hein, pas toujours, rappelez vous les gilets jaunes ayant « pris d’assaut un hĂŽpital !!!! » . alors qu’ils se cachaient des lacrymogĂšnes.), mais pas non plus objectives, du tout, jamais : c’est humain, un journaliste doit garder son poste, progresser dans la hiĂ©rarchie, une chaine info a des financements Ă  trouver, doit faire de l’audience, attirer les annonceurs. Les journalistes sont issu d’un systĂšme, sont lĂ  pour leur conformitĂ© Ă  celui ci, par capacitĂ© Ă  s’y insĂ©rer. Et pire que tout pour ce qui devrait ĂȘtre quelque chose d’intelligent, car fait par des gens intelligents : pas ou peu de contradictions, d’interprĂ©tation diffĂ©rentes, de discussions abordables.

Ce n’est plus de l’info, c’est de l’opinion qui peut potentiellement ne pas valoir plus que les « gens » qui ont fait ce reportage. (inutile de trouver des qualificatifs mĂȘme si j’en avait des rigolos en stock).

Et c’est justement entre ces deux interprĂ©tations du rĂ©el qu’on fait sociĂ©tĂ©, qu’on fait de la politique, de la vie en commun. Et c’est justement ce qui n’existe pas. DĂ©battre calmement des interprĂ©tations, pour Ă©liminer les pires, et Ă©liminer aussi celles qui sont influencĂ©es par le pouvoir, ou par les intĂ©rĂȘts d’argent.

Notre cerveau est un centre d’arbitrage, qui doit pouvoir considĂ©rer un champ plus large que la seule doxa ou que le seul complot YouTube. Il doit se nourrir de faits, et estimer alors les interprĂ©tations les plus probables. Sans forcĂ©ment les Ă©liminer toutes, juste les classer. Sans forcĂ©ment adopter une certitude.

Car pour y arriver il faut justement bouleverser ses certitudes
 dans les deux camps
 Savoir dire qu’on ne sait pas
 c’est pas si compliquĂ©.

* Monique Pinçon Charlot
 je l’ai tant aimĂ©e
 et la vieillesse est un naufrage


NB : Merci aux personnes qui auront lu ma prose jusqu’au bout. Je vous aime d’amour (fraternel bien sĂ»r, ou sororal si cela s’applique).

NB 2 : de trĂšs bon dĂ©bunks Ă  chaud (c’est difficile Ă  chaud) chez LoĂŻc Steffan et Jean-Loic Le Quellec.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.