Coronavirus : “ce qui me fait peur, c’est la perte de raison et la vague de peur”, docteur Abdu Sharkawy

Le spécialiste canadien en maladies infectieuses Abdu Sharkawy, appelle au bon sens et à la raison dans un article qu’il a partagé sur le réseau social Facebook et largement relayé depuis. Nous vous en offrons ici une traduction.

Lettre concernant le Coronavirus, par Abdu Sharkawy

Je suis médecin et spécialiste des maladies infectieuses. Je travaille dans ce domaine depuis plus de 20 ans et je vois quotidiennement des patients malades. J’ai travaillé dans des hôpitaux du centre-ville et dans les bidonvilles les plus pauvres d’Afrique. VIH-sida, hépatite, tuberculose, SRAS, rougeole, zona, coqueluche, diphtérie … il y a peu de choses auxquelles je n’ai pas été exposé dans ma profession. Et à l’exception notable du SRAS, très peu de choses m’ont laissé me sentir vulnérable, dépassé ou carrément effrayé.

Je n’ai pas peur de Covid-19.

Je suis préoccupé par les implications d’un nouvel agent infectieux qui s’est propagé dans le monde entier et continue de trouver de nouveaux points d’ancrage dans différents sols. Je suis à juste titre préoccupé par le bien-être de ceux qui sont âgés, en mauvaise santé ou privés de leurs droits et qui souffrent le plus et de manière disproportionnée aux mains de ce nouveau fléau.

Mais je n’ai pas peur de Covid-19.

Ce qui me fait peur, c’est la perte de raison et la vague de peur qui ont entraîné les masses de la société dans une spirale envoûtante de panique, stockant des quantités obscènes de tout ce qui pourrait remplir adéquatement un abri anti-bombes dans un monde post-apocalyptique. J’ai peur des masques N95 qui sont volés dans les hôpitaux et les cliniques de soins d’urgence où ils sont réellement nécessaires pour les fournisseurs de soins de santé de première ligne et qui sont plutôt enfilés dans les aéroports, les centres commerciaux et les salons de café, perpétuant encore plus la peur et les soupçons des autres. J’ai peur que nos hôpitaux soient submergés par quiconque pense qu’ils « ne l’ont probablement pas, mais peuvent tout aussi bien se faire examiner, car on ne sait jamais … » et ceux souffrant d’insuffisance cardiaque, d’emphysème, de pneumonie et les accidents vasculaires cérébraux paieront le prix des salles d’attente aux salles d’urgence surchargées avec seulement un nombre limité de médecins et d’infirmières à évaluer. J’ai peur que les restrictions de voyage deviennent si importantes que les mariages seront annulés, les remises de diplômes manquées et les réunions de famille ne se réaliseront pas. Et bien, même cette grande fête appelée les Jeux Olympiques … ça pourrait aussi être annulé. Pouvez-vous même imaginer ? J’ai peur que ces mêmes craintes épidémiques ne limitent le commerce, nuisent aux partenariats dans de multiples secteurs, aux entreprises et autres et aboutissent finalement à une récession mondiale.

Mais surtout, j’ai peur du message que nous transmettons à nos enfants face à une menace. Au lieu de raison, de rationalité, d’ouverture d’esprit et d’altruisme, nous leur disons de paniquer, d’être craintifs, méfiants, réactionnaires et égoïstes. Covid-19 est loin d’être terminée. Il touchera à un moment donné une ville, un hôpital, un ami, même un membre de votre famille près de chez vous. Attendez-le. Arrêtez d’attendre d’être encore surpris. Le fait est que le virus lui-même ne fera probablement pas beaucoup de mal à son arrivée. Mais nos propres comportements et notre attitude de « se battre pour soi-même avant tout » pourraient s’avérer désastreux.

Je vous implore tous. Tempérez la peur avec la raison, la panique avec la patience et l’incertitude avec l’éducation. Nous avons l’occasion d’en apprendre beaucoup sur l’hygiène sanitaire et la limitation de la propagation d’innombrables maladies transmissibles dans notre société. Relevons ce défi ensemble dans le meilleur esprit de compassion pour les autres, de patience et, surtout, d’un effort sans faille pour rechercher la vérité, les faits et les connaissances, par opposition à la conjecture, la spéculation et la catastrophisation. Des faits pas de la peur. Mains propres. Cœurs ouverts. Nos enfants nous en remercieront.

—————————————————————

Texte original en anglais et lien de la publication Facebook en cliquant ici

https://www.facebook.com/abdu.sharkawy/posts/2809958409125474

Letter concerning Coronavirus, By Abdu Sharkawy, 3/5/20

 I’m a doctor and an Infectious Diseases Specialist. I’ve

been at this for more than 20 years seeing sick patients on a daily basis. I have worked in inner city hospitals and in the poorest slums of Africa. HIV-AIDS, Hepatitis,TB, SARS, Measles, Shingles, Whooping cough, Diphtheria…there is little I haven’t been exposed to in my profession. And with notable exception of SARS, very little has left me feeling vulnerable, overwhelmed or downright scared. I am not scared of Covid-19.

 I am concerned about the implications of a novel infectious agent that has spread the world over and continues to find new footholds in different soil. I am rightly concerned for the welfare of those who are elderly, in frail health or disenfranchised who stand to suffer mostly, and disproportionately, at the hands of this new scourge. But I am not scared of Covid-19.

What I am scared about is the loss of reason and wave of fear that has induced the masses of society into a spellbinding spiral of panic, stockpiling obscene quantities of anything that could fill a bomb shelter adequately in a post-apocalyptic world. I am scared of the N95 masks that are stolen from hospitals and urgent care clinics where they are actually needed for front line healthcare providers and instead are being donned in airports, malls, and coffee lounges, perpetuating even more fear and suspicion of others. I am scared that our hospitals will be overwhelmed with anyone who thinks they  » probably don’t have it but may as well get checked out no matter what because you just never know… » and those with heart failure, emphysema, pneumonia and strokes will pay the price for overfilled ER waiting rooms with only so many doctors and nurses to assess. I am scared that travel restrictions will become so far reaching that weddings will be canceled, graduations missed and family reunions will not materialize. And well, even that big party called the Olympic Games…that could be kyboshed too. Can you even imagine? I’m scared those same epidemic fears will limit trade, harm partnerships in multiple sectors, business and otherwise and ultimately culminate in a global recession.

But mostly, I’m scared about what message we are telling our kids when faced with a threat. Instead of reason, rationality, open-mindedness and altruism, we are telling them to panic, be fearful, suspicious, reactionary and self-interested. Covid-19 is nowhere near over. It will be coming to a city, a hospital, a friend, even a family member near you at some point. Expect it. Stop waiting to be surprised further. The fact is the virus itself will not likely do much harm when it arrives. But our own behaviors and « fight for yourself above all else » attitude could prove disastrous.

I implore you all. Temper fear with reason, panic with patience and uncertainty with education. We have an opportunity to learn a great deal about health hygiene and limiting the spread of innumerable transmissible diseases in our society. Let’s meet this challenge together in the best spirit of compassion for others, patience, and above all, an unfailing effort to seek truth, facts and knowledge as opposed to conjecture, speculation and catastrophizing. Facts not fear. Clean hands. Open hearts. Our children will thank us for it.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.