Les sciences et les techniques au féminin: Arlene Blum

Il y a plusieurs manières de gravir des sommets dans une carrière. Arlene Blum, née en 1945, en est la preuve.

Première femme à faire l’ascension du mont Everest, en 1976, avant de conduire deux ans plus tard la première équipe exclusivement féminine sur l’Annapurna. Chimiste de formation, engagée pour la santé et l’environnement, elle repoussera également les limites dans son domaine de recherche. Durant les années 1977 et 1978, elle démontre ainsi dans une série d’articles publiés dans la revue Science les effets mutagènes d’un ignifuge, le Tris-BP, présent dans les pyjamas pour enfants. En 2006, elle s’aperçoit que non seulement le TDCPP, l’un des dérivés chlorés du fameux Tris-BP, est toujours produit, mais encore que son utilisation s’est étendue à l’ensemble de l’ameublement.

Résolue à agir contre l’emploi abusif de ces agents ignifuges, elle fonde en 2008 le Green Science Policy Institute, qui débouche en 2010 sur la rédaction du San Antonio Statement – signé par deux cents scientifiques – qui expose les dangers de ces retardateurs de flammes, préconise une plus grande responsabilisation et lutte contre leur emploi à l’échelle mondiale.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.