Merci Jean-Pierre!, Evariste Sanchez-Palencia*

Jean-Pierre Kahane, directeur et cofondateur de notre revue est décédé le 21 juin 2017. Nous avons tenu à lui rendre hommage en publiant une sélection de ses derniers textes parus dans la presse. Dans un prochain numéro, nous reviendrons sur sa vie, ses convictions, ses combats militants, en particulier contre l’obscurantisme, et aussi son apport au monde des sciences. L’équipe de Progressistes tient à nouveau à exprimer toute sa sympathie à la famille et aux amis de Jean-Pierre. 

*Evariste Sanchez-Palencia est mathématicien, membre de l’Académie des Sciences.


Souvent défini comme « mathématicien », Jean-Pierre Kahane était un humaniste, un homme des Lumières, ou, tout simplement, un homme de lumière. Tout ce qui était humain lui était proche, la science, bien sûr, mais également l’histoire, la philosophie, et surtout la politique, instrument incomparable de la construction du futur.

Humaniste de très haut niveau, mu par une foi indéfectible en le futur, sa pensée dominait le temps et l’espace. À propos de tel incident particulier, il renvoyait à un dialogue de Platon ; en parlant de mathématiques ou de philosophie, il commentait un fait de la vie quotidienne. Mais sa pensée était très loin d’être un pur exercice intellectuel, elle aboutissait toujours à la pratique, au concret, à l’utile. Il avait un faible pour le grand mathématicien Joseph Fourier, dont il parlait et qu’il citait comme s’il s’agissait d’un collègue rencontré la veille. Comme celle de Fourier, sa pensée prenait ses racines et retournait toujours au concret, à la vie qui nous entoure, pour la faire devenir meilleure.

Grand organisateur et grand fédérateur, toujours soucieux de faire donner à chacun le meilleur de lui-même, il n’écrasait jamais autrui de sa supériorité intellectuelle. Toujours bienveillant, il trouvait le côté positif de toute chose, tout en étant parfaitement lucide et nullement conformiste.

Je n’ai été proche de lui que ces dernières années, mais quelques entretiens avaient suffi pour créer des liens sincères et solides. Jean-Pierre Kahane ne faisait pas de miracles, et ne résolvait pas les problèmes insolubles, mais, après un entretien avec lui, on ne voyait plus le sujet de la même façon, il y avait une issue, un renvoi à une autre chose, une chose qui valait la peine d’être faite. Il n’y a pas très longtemps, à l’issue d’un entretien sur des affaires assez concrètes de routine, il m’avait surpris en me disant : « Mais il faudra bien s’occuper enfin de ce que va devenir le Bangladesh avec la montée du niveau de la mer suite au réchauffement!  » Il m’avait fait penser à Élisée Reclus, un autre grand scientifique et humaniste révolutionnaire, qui disait, déjà en 1905, dans sa monumentale oeuvre posthume l’Homme et la Terre (reédition La Découverte, 1989, textes choisis et introduction de B. Giblin) : « Il faut tenir compte de l’inter-évolution de tous les peuples. Aujourd’hui, tous les peuples entrent dans la danse. Il n’y a plus de question de progrès que pour la terre entière » (t. I, p. 37) et « La prospérité des uns amène la déchéance des autres. Là est le côté très douloureux de notre demie-civilisation, si vantée, demi-civilisation puisqu’elle ne profite pas à tous » (t. VI, p. 533).

C’est entendu, tout ce qui est humain nous sera proche, nous œuvrerons pour que notre demi-civilisation devienne une civilisation, nous penserons à la montée des eaux issue du réchauffement climatique et aux mouvements migratoires qu’elle engendrera. Merci Élisée ! Merci Jean-Pierre !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s