Vidéos (N°10)

Tous ces documentaires et films sont disponibles en VOD (payant), en DVD, et pour certains en libre accès (sous réserve de films libres de droit) par une simple recherche internet.


Qui contrôle la mer ? 

Documentaire (84 min). Réal. : Baudouin Koenig ; coprod. : ARTE France. 

Qui contrôle l’économie mondiale ? 90 % du commerce mondial passe par le transport maritime. Symbole de la mondialisation, le conteneur a révolutionné le commerce au niveau international. Malgré son côté pratique et économique, le shipping soulève plusieurs problèmes : délocalisations dues au dumping social, évasion fiscale, dommages causés à l’environnement… La volonté de contourner la législation du travail et celle de se dédouaner de leur responsabilité (comme nous le montre l’exemple de l’Erika) sont également d’autres raisons poussant les armateurs à choisir de battre pavillon étranger. On estime que seulement 20 à 25 % des navires français battent pavillon national alors que l’économie maritime représente autant que l’automobile et deux fois plus que l’aéronautique. De quoi se poser des questions, d’autant plus quand on connaît l’impact environnemental du transport maritime (pollution, risques de catastrophes écologiques). 


Voyage au bout de la viande 

Documentaire (60 min). Réal. : Jenny Roller- Spoo et Jens Niehuss. Prod. TVNTV, en collaboration avec ARTE. 

Le scandale de la viande de cheval vendue comme étant du bœuf a secoué le commerce de la grande distribution. Et pour cause, derrière ce que l’on a essayé de faire passer pour un incident frauduleux se cache en fait tout un système basé sur une tromperie légale et organisée. Alors que l’on estime à environ 66 kg la consommation de viande par an et par Européen, combien de personnes connaissent aujourd’hui précisément le parcours de ce qui est contenu dans leur assiette ? Cela relève d’une vraie « mission impossible » d’après les professionnels interrogés, tant les étapes entre la naissance et l’abattage sont nombreuses. De plus, il n’existe aucune obligation légale de mentionner chacune d’entre elles. Pour les associations de consommateurs au contraire, cela devrait être un droit de savoir, et une obligation pour les entreprises, afin de mettre un terme aux publicités mensongères prônant le retour à l’authentique et à l’artisanal. Si le documentaire pointe du doigt les méfaits de l’absence d’une traçabilité complète et d’un manque de transparence flagrant, il permet également une prise de conscience de la réalité de la viande à bas prix. 


Voyage au centre du cerveau 

Documentaire en trois parties :
Les virtuoses de la mémoire (43 min) ; Les surdoués de la créativité (43 min) ; Une affaire de sexes (43 min) ; Réal. : Petra Höfer et Freddie Röckenhaus. Prod. ColourFIELD tell a vision, en collaboration avec ARTE. 

Génies aux capacités extraordinaires, prodiges surdoués, les termes pour désigner ces « autistes de haut niveau » ne manquent pas. Le documentaire fait la lumière sur ces personnes aux capacités hors normes pour essayer de comprendre un peu mieux le fonctionnement du cerveau humain. Pourquoi sont-ils capables d’utiliser des zones du cerveau se rapportant à la mémoire automatique pour y stocker de la mémoire spécifique ? Qu’ont donc ces individus de si particulier, qui semble se retrouver chez chacun d’eux ? Les aptitudes mémorielles des sujets atteignent des niveaux inimaginables. Comment expliquer, par exemple, le fait qu’ils puissent arriver à retranscrire des choses sans les connaître ou sans les avoir déjà vues auparavant ? Mais ce qui distingue les surdoués des autistes de haut niveau est l’ambivalence de la maladie. Ainsi, outre les côtés « positifs » de ces troubles mentaux, c’est avec de lourdes déficiences que les autistes de haut niveau doivent vivre. Ils arrivent, pour certains, à faire un calcul mental digne des calculatrices les plus performantes, mais ne parviennent pas à réaliser des gestes de la vie quotidienne… 


Seul sur Mars 

Film de science-fiction (2 h 24 min.), Réal. : Ridley Scott. Prod. Kinberg Genre et Scott Free Productions 

Et si l’homme pouvait aller survivre sur Mars ? Si cela n’est, pour l’heure, pas un scénario réalisable, ce film a l’avantage d’entretenir ce rêve. Digne des plus grands succès hollywoodiens, le réalisateur a su combiner les éléments incontournables d’un bon film (émotions, suspense, bande originale) avec des éléments de fond. Derrière le côté science-fiction, on retrouve des questions métaphysiques autour de notre place sur Terre, dans l’Univers ou de l’exploration planétaire, l’hostilité de l’Univers, le caractère précieux de la Terre… Ces questions, en France, sont plutôt abordées sous l’angle esthétique et environnementaliste, comme dans Microcosmos, Le Peuple migrateur ou La Marche de l’empereur, avec finalement un horizon physique réduit et une approche sentimentale, bien que ces films demeurent superbes. En outre, Seul sur Mars met en scène l’acceptation de l’échec par la NASA sur un lanceur, qui doit faire appel à la Chine, l’autre puissance spatiale en devenir, pour l’aider. 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s