Photonis, pépite française bientôt sous contrôle étranger ? Francis Velain*

*Francis VELAIN est ingénieur

Un des sites de l’entreprise Photonis installé à l’ouest de Brive, leader dans les domaines de la vision nocturne et du nucléaire.

Première entreprise privée de Corrèze, Photonis est un leader mondial en photo-détection, avec 1 000 emplois dans le monde dont 600 en France. Son nom fut cité fin 2019 avec celui de Latécoère au moment où cette dernière passait sous-contrôle américain. Latécoère investit en effet beaucoup dans le câblage et l’usage de réseaux optiques pour déployer internet dans les avions civils tandis que la spécialité de Photonis est justement la lumière comme support d’informations. De plus une normalisation des réseaux LIFI (L pour Lumière là où le W de WiFi fait référence aux ondes radio) qui promettent beaucoup à l’aéronautique et au-delà, est en vue pour 2021. Le monde des affaires est ici en ébullition ! Affaire mais de normes, rien de stratégique, décréta donc le député LaRem Jean-Charles Larsonneur (Nov. 2019).

Pourtant la DGA s’inquiétait pour d’autres raisons, avant tout militaires. http://www.opex360.com/2019/10/23/innovation-de-defense-la-dga-cherche-une-solution-pour-eviter-le-rachat-de-photonis-par-un-fonds-etranger/#

Mais ici, pour ce même député, il fallait se rendre à l’évidence. Les entreprises de la défense n’attirent plus les fonds d’investissement français et européens. « Il y a une frilosité qui s’accentue« .

La vente de Photonis se fait effectivement à l’initiative de son actionnaire, le fond d’investissement français, Ardian, issu d’Axa Private Equity. Et l’attitude gouvernementale est la même que pour Latécoère. « Je lis la presse et on me dit ‘on va céder Photonis à une entreprise américaine’ ». « Nous allons regarder toutes les options industrielles. Ce qui compte pour moi c’est que photons soit intégrée dans une chaîne de valeur industrielle qui valorise cette technologie et qui permette à l’entreprise de se développer » (B. Le Maire, le 14/2/2020 – AFP). Le gouvernement se réfugie une fois encore derrière le décret « Montebourg » (2014), censé imposer la prise en compte des intérêts nationaux « par les investisseurs étrangers […] » en lui donnant la possibilité de « demander des engagements spécifiques ou imposer des conditions à la réalisation des investissements concernés, afin de garantir la préservation des intérêts du pays. » Articles R-153du Code monétaire et financier étendus par la loi Pacte à l’intelligence artificielle, l’espace, au stockage des données, aux semi-conducteurs, etc. Mais les gouvernements successifs ont privatisé ou ouvert le capital des entreprises de Défense ou à vocation duale. … Le capital privé y gère ses intérêts comme ailleurs.

La DGA a été dans son rôle de proposer à Safran et Thalès de se porter acquéreurs de Photonis. Mais ils ont refusé, ayant créés dès 1988 une co-entreprise de capteurs optroniques à partir d’une technologie du Leti et du CEA : aujourd’hui Lynred. Cela leur suffit pour l’instant à engranger des commandes de milliers d’équipements de vision nocturne pour les forces terrestres françaises et d’autres pays. Pourquoi sauveraient-ils Photonis ?

P. Verchère, député LR, a posé une question écrite au gouvernement en septembre 2019 : il y demande de sauver Photonis parce qu’elle a développé « une caméra permettant de filmer en couleur pendant la nuit. Cette caméra donne un avantage par rapport aux forces dotées de systèmes infrarouge et thermique, lesquels ne prennent que des images monochromes, ce qui n’est pas idéal pour repérer des détails pouvant être déterminants lors d’une opération ». Ce souverainiste est un souverainiste de domination militaire de la France sur d’autres peuples quand son juteux commerce mondial des armes vit des objectifs de suprématie de trop d’Etats sur beaucoup d’autres. Il inscrit les guerres et les conflits armés comme fondement de l’ordre mondial. Aussi politisons l’enjeu de Photonis au-delà de tel ou tel enjeu civil ou militaire.

L’électromagnétisme de Maxwell a unifié presque totalement les forces naturelles à l’œuvre. L’homme en a tiré de nouveaux outils et activités…. L’optronique prolonge ce processus historique en éclairant le monde physique selon deux points de vue complémentaires. Celui de la chaleur rayonnée (de l’infrarouge ) ressentie par la peau et celle du spectre lumineux perçu par l’œil puisque la lumière est onde et particules au titre des quantas. L’optronique promet ainsi de nouveaux outils pour voir et travailler les secrets de la matière. Photonis doit rester française pour cette seule nécessaire et légitime raison.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.